APEMH



Ateliers Protégés

D’après la loi du 12 septembre 2003 relative aux personnes handicapées, l’Atelier Protégé est une structure créée et gérée par tout organisme à vocation sociale et économique et qui remplit les conditions suivantes :

 

- Permettre aux personnes qui se sont vu reconnaître la qualité de travailleur handicapé d’exercer au sein d’une unité économique de production une activité professionnelle salariée dans des conditions adaptées à leurs possibilités.


- Promouvoir l’accès des travailleurs handicapés à des emplois sur le marché du travail ordinaire et organiser à cette fin des mesures d’insertion professionnelle, d’accompagnement et de suivi sur le marché du travail ordinaire.


- Disposer de l’agrément du ministre ayant la Famille dans ses attributions.

L’agrément est accordé conformément aux dispositions de la loi du 8 septembre 1998 réglant les relations entre l’Etat et les organismes oeuvrant dans les domaines social, familial et thérapeutique.

 

Les demandes en reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé sont instruites par une commission médicale.

 

Si celle-ci décide de la reconnaissance du handicap, l’orientation de la personne handicapée relève de la Commission d’Orientation et de Reclassement professionnel (COR).

 

Celle-ci décide de guider la personne reconnue comme travailleur handicapé vers le marché du travail ou les ateliers protégés reconnus comme tels.

 

Les missions des Ateliers Protégés sont donc clairement définies par la nouvelle législation. La mission à caractère économique et social doit permettre à chaque personne handicapée d’exercer une activité professionnelle salariée suivant ses capacités et ses potentialités.

 

La gestion des Ateliers Protégés doit se faire comme celle d’une entreprise industrielle ou commerciale en intégrant les spécificités du handicap permettant à terme l’accès à une insertion, après formation à un poste de travail, en milieu ouvert.

 

Même si les transferts du milieu protégé vers le milieu ordinaire de travail sont en nombre limité, on constate que le milieu protégé par ses apprentissages professionnels et sociaux sert de pivot à nombre de travailleurs d’accéder à l’autonomie et à leur insertion dans la société.

 

Les activités de ces ateliers sont orientées dans le souci de satisfaire aux exigences économiques. C’est pourquoi chaque Atelier a développé ses propres produits et services offerts sur le marché, en relation avec les activités de la région.

 

Les activités professionnelles s’orientent suivant les potentialités des ouvriers handicapés. Elles peuvent se passer soit dans des structures classiques, soit dans des structures semi-ouvertes comme les Ateliers au Parc Merveilleux.

 

Les nouvelles activités économiques obligeaient les Ateliers de se doter d’une base légale. A cet effet fut fondée en 1987 l’ APEMH Société Coopérative.

 

Si celle-ci a pour but de s’occuper du volet économique, à partir de 1996 une nouvelle association reprend les activités de la Fondation au niveau de la formation et du travail, l’asbl APEMH Formation et Travail. Elle a pour objet de promouvoir la formation et la mise au travail des personnes en situation de handicap.

 

Dans le cas d’une insertion professionnelle complète ou partielle dans le milieu ordinaire de travail, l’accompagnement vers le milieu ordinaire de travail et la guidance et le suivi de l’ouvrier handicapé sur le marché du travail se fait par l’intermédiaire d’une équipe éducative détachée des Ateliers de l’APEMH, à savoir le service d’Orientation et de Formation (ORFO).

 
Bande Bande