APEMH



Les procédures d'admission

L’admission est le résultat d’une démarche volontaire...

Volontaire, parce que fondée sur la volonté d’une personne de recourir aux services d’hébergement de l’APEMH Cette volonté est matérialisée par une demande exprimée par l’intéressé, sa famille, son représentant légal ou un professionnel qualifié.  Aucune admission n’est prononcée en faveur d’une personne handicapée mentale qui s’y oppose.

 

...et doublement concertée

- Concertation avec la famille : visite à domicile préalable, analyse des besoins de la famille, des besoins de la personne handicapée.

- Concertation de l’équipe pluridisciplinaire : sur les bases d’une évaluation des besoins incluant diagnostic médical et bilan psychologique; l’adéquation entre besoins propres à la personne handicapée et possibilités offertes par l’APEMH est étudiée.

 

Foyers et structures d'accueil de jour

 

L’hébergement est organisé selon deux modalités : l’«accueil jour et nuit» et les «structures d’accueil de jour». Pour les personnes plus autonomes, un service d’Accompagnement en Milieu Ouvert offre un suivi au domicile modulable  selon les besoins de la personne.

Les modalités d’accueil peuvent être complétées par des services à la personne coordonnés par le Service Social de la Fondation :

- l’accueil temporaire, un service de répit pour les familles;

- le SeSAD, un Service de Soutien et d’Aide à Domicile.

 

1.1 L’accueil jour et nuit

 

Les Foyers de l’APEMH répondent aux demandes d’hébergement. Ce sont des lieux de vie équivalents au domicile.

L’encadrement y est assuré 365 jours par an; 24 heures par jour en cas de nécessité. L’atmosphère en petits groupes préserve la vie privée et garantit l’intimité. Leur fonctionnement est orienté vers la recherche d’une qualité de vie en prenant en compte les besoins individuels et en promouvant l’autonomie de chacun.

La composition des groupes tient compte des spécificités du handicap (notamment pour les personnes à mobilité réduite ou les personnes handicapées mentales âgées), des besoins propres à chacun,  le cas échéant, de la proximité géographique du domicile familial.

 

1.2 Les structures d’accueil de jour

 

Les personnes hébergées ou vivant à domicile poursuivent une activité professionnelle ou occupationnelle.

Celles dont le degré de handicap ne permet pas une activité professionnelle sont accueillies dans des structures de jour de type occupationnel : le Centre de Jour et le Service d’Activités de Jour. Ces derniers proposent des activités encadrées, adaptées au handicap et se veulent être des lieux d’échanges et de contacts sociaux.

En fonction de cette adéquation et des possibilités d’accueil, un avis est émis. Cet avis est entériné par le Conseil d’Administration.

Lorsque l’avis est positif, selon les demandes et en fonction du nombre de places disponibles, l’admission pourra se faire dans un délai court ou sera différée sur une liste d’attente.

Un avis négatif est émis lorsque l’association n’est pas en mesure d’accueillir la personne handicapée. L’APEMH s’engage alors à informer le demandeur dans les meilleurs délais en motivant ce refus et en proposant une réorientation.

Toute admission est subordonnée à la certification d’un handicap mental.

Toute admission en structure de jour est subordonnée à deux conditions : la non-obtention du statut de travailleur handicapé arrêté par l’Administration de l’Emploi; un degré de handicap tel qu’il rend impossible  l’exercice d’ une activité en Atelier Protégé.

Après l'admission, dans un délai de 6 mois à partir de l’entrée dans l’établissement, nous élaborons avec la personne et en consultation avec sa famille ou son représentant légal son projet individualisé. Il s’agit de définir ensemble les activités les plus adaptées à son accompagnement, en fonction de ses souhaits et besoins, ainsi que de l’évaluation faite par des professionnels.

 

Centre de Propédeutique Professionnelle (C.P.P.)

Les parents et/ou toute autre personne vivant au Grand-Duché, désireux de faire admettre leur enfant à besoins spécifiques au Centre de Propédeutique Professionnelle, peuvent adresser leur demande au Service Social de l’APEMH, 10, rue du Château L-4976 à Bettange-sur-Mess.

La demande peut être formulée pour les jeunes, avant l’issue de leur obligation scolaire, en vue d’une inscription sur la liste d’attente.

Le service social, saisi de la demande, prendra contact avec la famille pour planifier une visite à domicile. Cette première entrevue vise une évaluation préliminaire du candidat, du degré de son handicap mental et de ses capacités. Elle permettra de relever les besoins de la personne handicapée et de cerner ses attentes et celles de sa famille.

Dans un deuxième temps, la famille sera invitée à faire une visite des structures de formation et de travail.

La famille sera ensuite convoquée à la commission d’admission, EMPPS (Equipe Médico Psycho Pédagogique et Sociale) SAPSE Formation et Travail, (Service d’Accompagnement Psycho-Social et Educatif) qui en tant qu’organe consultatif donne un avis quant à une admission ou inscription sur la liste d’attente. La décision définitive sera prise par le Conseil des Administrateurs de I’APEMH et sera communiquée par écrit à la famille.

Les admissions au Centre de Propédeutique Professionnelle se font en fonction des places disponibles.

 

Ateliers Protégés

Les procédures d’admission aux Ateliers Protégés de I’APEMH s’inscrivent dans la ligne directive de la loi du 12 septembre 2003 relative aux personnes handicapées.

La personne qui souhaite un engagement dans un Atelier Protégé doit préalablement avoir été reconnue comme travailleur handicapé par la Comission Médicale.

Celle-ci instruit la demande en vue de se prononcer sur une décision d’octroi ou de refus du statut de travailleur handicapé. Au cas où le statut est accordé à la personne, son dossier est transmis à la Commission d’Orientation et de Reclassement Professionnel (C.O.R.).

Cette commission décide de guider la personne reconnue travailleur handicapé ou bien vers le marché de travail ordinaire ou bien vers le milieu de travail protégé. Avant de prendre une décision d’orientation, elle peut demander l’avis d’un Atelier concernant l’employabilité en milieu protégé d’une personne reconnue comme travailleur handicapé. Un Atelier Protégé reconnu comme tel peut ainsi être chargé d’émettre un avis d’appréciation pour un candidat ayant effectué un stage d’évaluation sur demande de la C.O.R.

Au cas où la commission prend une décision d’orientation vers un Atelier Protégé, les responsables de l’Atelier définissent les mesures permettant à la personne d’exercer un travail dans des conditions adaptées à ses capacités ainsi que les mesures d’insertion, d’accompagnement et de suivi professionnel sur le marché du travail ordinaire. Un contrat de travail est conclu entre l’Atelier Protégé et le travailleur handicapé et/ou son tuteur. Ce dernier reçoit un salaire dont le montant est au moins égal aux taux horaire du salaire social minimum pour un ouvrier non qualifié.

Un des objectifs de la nouvelle base légale consiste donc à promouvoir le statut financier et social des personnes handicapées.

 

 

 
Bande Bande